L’Ayurveda

L’Ayurveda nous vient de la vallée de l’Indus. Vieille de 5 000 ans, elle puise ses racines dans la plus haute antiquité de l’humanité. Pourtant, elle demeure toujours aussi jeune et riche en enseignements. Le mot Ayurveda vient d’ « ayur » qui signifie « vie » et « véda » pour « connaissance ». L’Ayurveda veut donc dire la « connaissance de la vie ». Son but est d’apporter l’équilibre et un bon état général à tous les individus, pour « Que chaque être soit en bonne santé, sans souffrance, sans maladie, sur le chemin du progrès et de l’évolution » comme le dit un verset sanskrit. Elle est à la fois une médecine et un art de vivre.

Cette médecine ancestrale tire son enseignement autant de l’observation du corps humain que de l’environnement au sens large. Pour l’Ayurveda, tout ce qui est dans l’univers (macrocosme) se retrouve au sein de chaque être humain (microcosme). Ainsi, l’univers comporte 5 principes fondamentaux qui correspondent également à ses éléments constitutifs.

Nous les retrouvons dans la formation des planètes. Chez l’homme, ce sont les grandes actions physiologiques : catabolisme/anabolisme, chaleur/froid, humidification/sécheresse, mouvement/immobilité, etc., mais aussi les différents organes et fonctions du corps. Ces éléments sont :

  • l’éther : Akasha
  • l’air : Vayu
  • le feu (lumière) : Agni
  • l’eau : Apas
  • la terre : Prithvi

Ces éléments sont présents chez tous les individus, dans des proportions varuées. Beaucoup de combinaisons sont ainsi possibles, mais trois prédominent. Elles sont appelées « doshas » :

  • Vâta: air + éther.
  • Pitta: feu + eau.
  • Kâpha : eau + terre.

Le dosha influence la constitution, la physiologie et la psychologie, c’est-à-dire la nature profonde des individus, nous pourrions dire l’inné :

  • Pitta correspond aux personnes susceptibles, mais douées d’une grande intelligence.
  • Vâta correspond aux personnes actives souvent en mouvement, qui ont beaucoup d’idées et d’inspirations.
  • Kâphacorrespond aux personnes plutôt stables, de nature robuste et aimant bien vivre.

Il n’existe pas de personne qui soit de constitution pure, vâta, pitta ou kâpha.

Par contre, il y a toujours un dosha prédominant chez une personne.

Aux doshas se superposent :

  • Les 13 agnis, qui sont les feux qui doivent être tous allumés. Par exemple, le premier feu correspond à la digestion. Il correspond aux différents sucs libérés pour la dégradation des aliments.
  • Les 7 dhatus, qui correspondent aux tissus du corps humains : peau, muscle, etc.
  • Les 3 malas, qui sont les principaux émonctoires et leurs éliminations : selles, urines et sueur.

Chacun de ces facteurs doit demeurer en équilibre pour maintenir l’état général. Lorsque ce n’est pas le cas, cela entraine des troubles physiques (fonctionnels d’abord puis organiques s’ils perdurent) et/ou psychiques.

Afin de rééquilibrer les troubles, l’Ayurveda dispose de différents outils, dont les principaux sont :

  • L’alimentation. Ainsi, les aliments sont classés selon leur goût (sucré, salé, acide, amer, astringent et piquant) qui leur procure un effet différent sur les doshas.
  • Le mode de vie: la qualité du lieu de vie, de l’air respiré, de l’alimentation consommée… a une grande importance. A cela s’ajoute un sommeil de qualité, une bonne respiration et une activité physique régulière notamment avec le yoga, le taï chi et le chi gong…
  • La pensée: avoir un mental calme et apaisé, avec des pensées positives. Pour atteindre cela, la méditation est une aide précieuse, mais aussi la pratique de la musique, du chant et des mantras.
  • Les massages du corps entier avec des huiles ayurvédiques (surtout de l’huile de sésame), ou de la plante des pieds à deux ou à quatre mains, apportent le calme, mais aussi la fluidité des liquides internes du corps.
  • Les plantes sont indiquées selon leurs actions sur les doshas. Elles sont utilisées pour stimuler certains éléments, mais aussi pour favoriser l’élimination des toxines de l’organisme.

Le principe de l’Ayurveda est de soigner la personne et non la maladie. Pour cela, il convient de remettre la personne en équilibre dans son dosha (son terrain) pour la maintenir ou pour lui faire retrouver la santé.



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − 6 =