NEWSLETTER N°20 – SEPTEMBRE 2018

Editorial

Par où commencer ?

Le monde dans lequel nous vivons n’est pas juste. Certains touchent en un mois, ce que d’autres ne gagneront même pas durant toute leur vie de travail. La guerre, la révolution, les épidémies, la malnutrition, la prostitution et la délinquance règnent en maître partout sur la Terre. Nous avons même réussi en l’espace de (seulement) 60 ans à détruire notre planète et à en dilapider toutes les ressources. Tout cela est révoltant. Que laisserons-nous à nos enfants et petits-enfants ? Mais avant de culpabiliser ou de réagir agressivement, il convient de ne pas oublier un élément essentiel : c’est nous qui avons choisi avant notre incarnation, de venir vivre dans cette société perverse. C’est nous et nous seul qui avons pris cette décision parce que nous avons considéré que ce monde nous permettra de comprendre, d’avancer et d’évoluer… Nous avons considéré qu’il correspondait – à cause de toutes ces imperfections – à l’endroit idéal pour qu’enfin nous reconnaissions que l’ombre n’est pas notre route et que nous revenions dans la lumière… en commençant par l’instaurer dans notre vie.

Selon ce principe, si nous voulons construire quelque chose de nouveau – un monde plus juste et respectueux de son environnement – il est inutile de lutter contre l’ancien système au risque de le voir se renforcer par un enchainement d’actions, de réactions, d’actions, de réactions, etc. Il convient tout au contraire de construire ce à quoi nous aspirons à côté de l’ancien. Et si ce nouveau monde est juste, alors il se développera et l’ancien tombera de lui-même, sans qu’il n’y ait rien d’autre à faire.

Mais avant d’en arriver là, je pense que chacun doit faire sa propre introspection, éliminer les parties sombres de son être, laisser s’exprimer son cœur et avancer dans la paix vers la lumière. Car c’est uniquement pour cela que nous sommes sur Terre… Nous devons suivre notre chemin de vie, ouvrir notre compréhension, et développer notre lâcher-prise ainsi que notre amour afin d’illuminer tout ce qui nous entoure. C’est là que doit se concentrer notre attention en premier lieu, davantage que sur les autres (bien que j’ai longtemps cru le contraire). Car ce n’est que lorsque nous serons bien et équilibré que nous pourrons montrer la route aux autres. Pas avant. Ce travail sur soi n’est pas égoïste. Il permet d’expérimenter le chemin avant de l’indiquer à ceux qui nous entourent. C’est par là qu’il nous faut commencer… Mais cerise sur le gâteau, c’est aussi la route du bonheur.

Luc Bodin

« Il n’est jamais trop tard pour être ce que vous auriez dû être » George Eliot

Le monde du visible

« Rien de splendide n’a jamais été réalisé, sauf par ceux qui ont osé croire que quelque chose à l’intérieur d’eux-mêmes était supérieur aux circonstances » Bruce Barton

Les études médicales

Il y aurait beaucoup à dire sur les études réalisées sur les médicaments. Durant longtemps, il a été facile aux laboratoires de tromper les médecins mal informés sur ce genre d’expérimentation. C’est plus difficile aujourd’hui quoique toujours possible pour ceux qui n’y regardent pas de trop prêt.

En effet, nous pouvons faire dire aux chiffres (surtout aux statistiques) ce que nous voulons. Si vous lisez dans un journal que le nombre de cas de telle maladie a doublé en France en un an, il y a de quoi vous alarmer. Mais si vous regardez le nombre de malades, il est passé par exemple de 50 à 100 en l’espace d’un an (il a doublé) ce qui, comparativement aux 70 millions de personnes vivant en France, constitue un chiffre dérisoire. Il serait aussi intéressant de préciser quelle est la population touchée par cette augmentation. Est-ce une catégorie particulière (immigrés, défavorisés ?) ou cela concerne-t-il la population générale ? Ce n’est pas la même chose.

Une vaste étude portant sur un anticholestérolémiant a démontré qu’il y avait moins de morts par accidents cardiovasculaires dans la population traitée comparativement à celle sous placebo. Ceci est exact. Mais si nous regardons l’ensemble de l’étude, nous constatons qu’en fait, il y a eu plus de morts dans la population traitée… sans doute à cause des effets indésirables du produit.

Il convient aussi de savoir que les études réalisées sur l’animal ne sont pas forcément extrapolables chez l’homme. Mais aussi le nombre de personnes incluses dans une étude constitue un élément essentiel. Plusieurs milliers de patients est bien sûr beaucoup plus fiables qu’une cinquantaine ! Or, lorsque les résultats sont donnés en pourcentage, le nombre des participants n’est pas visible…

Il y a quelques années, un projet de loi visait à imposer aux laboratoires de publier les résultats de toutes les études qu’ils réalisaient… Celles favorables aux produits, comme celles défavorables… Car ces dernières sont souvent mises à la poubelle sans que personne ne puisse en prendre connaissance. Je ne pense pas que cette loi (si elle a été votée) ait donné quoi que ce soit.

Nous pourrions continuer ainsi à parler de tous les biais possibles de ces études qui ne sont souvent repérables que par des statisticiens avisés. Mais un autre élément a attiré récemment mon attention alors que je lisais un article sur les vaccins dans un journal professionnel médical sur internet.

Au cours de ma lecture, une fenêtre est apparue dans un coin de mon écran, me posant la question : « Savez-vous qui finance le contenu sélectionné de manière indépendante au sein de la rubrique Vaccination ? » suivie d’une liste de plusieurs laboratoires pharmaceutiques. Je ne sais pas qui en est l’auteur de ce questionnement, ni sa motivation, mais j’ai trouvé cette question très pertinente… Car si la parution d’un article concernant un médicament est financée par un laboratoire, il est évident que celui-ci sera favorable au produit. Nous pouvons aussi nous poser la question de savoir si l’auteur de l’article est un indépendant ou un salarié du laboratoire ? Et si c’est un salarié, est-ce que l’article fournira toutes les informations sans en occulter aucune ?

En allant plus loin, cette question indiquerait-elle qu’il faille payer pour qu’un article paraisse ? Nous comprendrions alors pourquoi les opinions différentes ne disposant pas du pouvoir financier des grands laboratoires ne peuvent pas faire entendre leurs voix. De plus, les médecins qui ne recherchent par ailleurs des informations indépendantes, n’entendront qu’une seule version des faits, celle favorable au remède. Ils auront donc tendance à dénigrer tous les autres points de vue.

« Qui regarde à l’extérieur, rêve. Qui regarde à l’intérieur, s’éveille » Carl Gustave Jung

 

Le microbiote

Le livre de Jean Seignalet « L’alimentation ou la troisième médecine » a été un best-seller auprès du grand public, mais n’a pas eu beaucoup de succès dans le monde médical. Pourtant, il expliquait que la destruction de la flore intestinale se trouvait à l’origine de nombreux problèmes de santé.

Malgré les arguments scientifiques avancés, il a fallu de nombreuses années pour que la recherche commence à s’intéresser à la flore intestinale appelée aussi microbiote. Si j’étais médisant, je dirais que ce fut lorsque les laboratoires se sont aperçus qu’ils pouvaient breveter et commercialiser des probiotiques à visée thérapeutique, qu’ils ont véritablement commencé leurs recherches. Mais quelle que soit leur motivation, ces recherches sont passionnantes et ouvrent de nouvelles compréhensions sur les fonctionnements de l’être humain.

Nous savions déjà que cette flore contribuait à la digestion des aliments, à la fabrication de certaines vitamines et aux défenses immunitaires de l’organisme. Mais nous avons la preuve maintenant qu’elle intervient sur le poids. En effet, les personnes en surpoids ne présentent pas le même microbiote que les personnes de poids normal. Et si nous transmettons la flore d’une souris normale à une souri obèse, cela contribue à faire perdre du poids à cette dernière.

D’autres études ont mis en évidence que la flore intestinale intervenait sur les processus de régénération des neurones cérébraux, mais aussi sur l’humeur notamment la dépression.

De nouvelles études montrent que la destruction de la flore intestinale participe à la survenue de nombreuses maladies comme les MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin), les maladies neurodégénératives (comme l’Alzheimer et le Parkinson), la stéatose hépatique, la décalcification osseuse, les maladies auto-immunes (spondylarthrites), les calculs rénaux, l’asthme, etc. Ainsi la flore intestinale n’a pas fini de nous surprendre !

Or, aujourd’hui une grande partie de la population présente un dérèglement de sa flore. Les plus grands destructeurs de celle-ci sont les antibiotiques que nous retrouvons parmi les médicaments, mais  aussi dans les viandes (élevage). De plus, un quart des médicaments (en dehors des antibiotiques) altèrent le microbiote intestinal ainsi que la malbouffe, le stress, le tabac, l’alcool et la pollution.

Il serait donc conseillé de suivre régulièrement une cure de probiotiques pendant un mois ou deux afin de régénérer sa flore.

 

« Personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement » Eleanor Roosevelt

 

Remonter ses défenses immunitaires

 L’automne va bientôt commencer et avec lui sont cortège d’infections comme les rhumes, les bronchites, les grippes, les sinusites, etc. Un protocole peut vous aider à prévenir ce genre de problème. Il convient de le suivre pendant 2 ou 3 mois voire davantage selon son état général. Il faut savoir qu’il met environ 2 à 3 semaines pour être opérationnel.

 

  1. Le matin : Oligosol cuivre-or-agent (1 dose) et Oligosol soufre (1 ampoule) à prendre à jeun en alternant les deux produits (un jour sur 2).
  2. Le soir, au choix : soit Maïtaké (2 gélules), soit Echinacea Purpurea TM (50 gouttes alcoolisées dans un verre d’eau avant le diner)
  3. Le dimanche : prendre en alternance un dimanche sur deux : Oscillococcinum (1 dose) et Influenzinum 15CH (1 dose)

 

Le monde de l’invisible

« Soyez-vous-même, les autres places sont déjà prises » Oscar Wilde

 

Les nouveaux chakras

Nous avons évoqué plusieurs fois dans cette newsletter que le niveau vibratoire de la Terre s’élève depuis les années 80-90. Avec lui, des transformations se produisent chez les êtres humains. Une des plus remarquables est l’apparition de nouveaux chakras. En effet, six sont apparus en plus des sept principaux que nous connaissons depuis des siècles, voire des millénaires. Avec eux, de nouveaux talents sont aujourd’hui à la disposition de tous. Ils se développeront dans l’avenir, ouvrant la porte à une ouverture de conscience extraordinaire au sein de l’humanité.

 

  • Le 8èmechakrasitué au-dessus de la tête (et du chakra coronal) correspond à l’unité. Il procure un sentiment d’unité entre les différentes facettes de notre être, mais aussi entre les êtres humains. Nous avons ainsi de plus en plus le sentiment d’appartenir à l’humanité dans son ensemble et non à un petit groupe ou à un pays.

 

  • Le 9èmechakrasitué au-dessus du précédent, correspond à la clairvoyance, c’est-à-dire à la prévision des répercussions de nos actes dans l’avenir, sur nous-même et sur les autres. Il sera très utile pour nous aider dans les décisions que nous aurons à prendre.

 

  • Le 10èmechakrasitué au-dessus du précédent, correspond à la télépathie. Or, elle est déjà présente. Par exemple, nous savons souvent à l’avance qui va nous téléphoner avant même que l’appareil ne sonne.

 

  • Le 11èmechakrasitué au-dessus du précédent, correspond à la téléportation par la pensée. Ce processus a déjà été utilisé autrefois durant la guerre froide afin de découvrir des bases secrètes ennemies non repérées par les satellites. A cette époque, seuls quelques grands médiums étaient capables de cette prouesse. Il s’agissait de vision à distance. Aujourd’hui, ce talent se développe chez tout le monde et il intéresse les cinq sens.

 

  • Le 12èmechakrasitué au-dessus du précédent, est le supra-spirituel, c’est-à-dire qu’il correspond à la spiritualité à l’échelon Divin. C’est lui qui permet le contact direct avec le Divin par la pensée ou la prière sans avoir besoin d’un intermédiaire religieux.

 

  • Un 13èmechakras’est formé sous les pieds afin d’ancrer la personne dans la matérialité et le présent et ainsi d’éviter qu’elle ne monte trop haut et trop vite en vibrations sous l’effet des nouveaux chakras, sans vouloir redescendre vivre son incarnation.

 

Il est possible de développer dès à présent ces nouveaux talents en leur prêtant du temps et de l’attention afin de les expérimenter.

Ainsi l’avenir est en marche…

 

« Ne marche jamais sur le chemin tracé, Car il ne te mène que là où d’autres sont allés » Alexander Graham Bell

 

L’épigénétique

L’épigénétique a été une véritable révolution (silencieuse) dans le domaine de la génétique. Elle a montré que si les gênes étaient immuables, ils étaient tout de même modulables. Ainsi, le mode de vie et les vécus d’une personne modifiaient l’expression de ses gênes.

Une étude qui a suivi plus de 600 personnes sur 10 ans, a déterminé qu’au bout de cette période, le génome était modifié dans un tiers des cas. En effet, un mode de vie délétère (tabagisme, alcoolisme, mauvaise alimentation, pollution, stress, etc.) ouvrent des gênes de maladie, alors qu’un mode de vie sain les referment et permettent l’expression de gênes de santé et de longévité.

Une autre recherche a été plus loin. Elle a permis de  démontrer que ce processus intéressait aussi les personnes présentant des prédispositions génétiques comme aux maladies cardiovasculaires. Or, bien souvent, les patients concernés présentent des réactions fatalistes en disant qu’il n’y a rien à faire puisque c’était génétique ! Or, c’est faux. Car cette étude a été mis en évidence que l’arrêt du tabac, une activité physique régulière et une alimentation saine peuvent réduire le risque d’infarctus chez les personnes présentant des prédispositions génétiques. Ainsi rien n’est jamais écrit, nous sommes les seuls maîtres de notre destin !

 

Le monde du spirituel

« Les miracles ne sont pas en contradictions avec la nature. Ils sont en contradiction avec ce que nous savons d’elle » Saint Augustin

 

La guérison d’une hémorroïsse

 

L’histoire d’une guérison relatée dans trois évangiles différents (Marc 5,25-34 – Matthieu 9,20-22 et Luc 8,43-48) est particulièrement intéressante pour différentes raisons comme vous allez le voir.

Voici le texte :

« Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans. Elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans aucune amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré… Cette femme, donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement. Car elle se disait : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée». À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait :

– « Qui a touché mes vêtements ?»

Ses disciples lui répondaient :

– « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : Qui m’a touché ?»

Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait ce geste. Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Mais Jésus reprit :

– « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal».

 

Ce texte est intéressant à deux niveaux :

  • Alors que la femme touchait son manteau, Jésus – qui ne l’avait pas vue – ressentit une « force » sortir de lui… une force qui guérit cette femme. Ce processus fait largement penser aux soins énergétiques où des forces sont transmises au patient pour l’aider dans sa guérison. Mais bien sûr Jésus disposait de la puissance d’un grand guérisseur. Personnellement, je ne pense pas que Jésus soit Dieu, par contre, je le considère comme un des Êtres de lumière les plus purs qui soient venus éclairer notre monde.
  • Ensuite, Jésus n’a jamais dit que c’était lui qui avait guéri la femme. Il lui a expliqué au contraire que c’était sa foi qui l’avait sauvée. Bien sûr, devant cette réflexion, nous pensons aussitôt à la foi en Dieu ou encore à la foi en Jésus… mais nous pourrions aussi considérer qu’il s’agit de la foi en sa guérison. Pour ma part, je considère que la guérison ne peut venir que de la personne elle-même… Cette dernière avance et évolue sur le chemin de sa guérison et un médecin, un thérapeute ou un magnétiseur arrive et apporte le petit déclic qui produit le miracle. Mais ce n’est pas le thérapeute qui a réalisé ni cette guérison, ni ce miracle… il a simplement été le déclencheur… il était là au bon endroit et au bon moment…

La guérison ne peut venir que la personne malade elle-même. Aucun médecin ou thérapeute ne peut prétendre avoir guéri qui que ce soit… Il a simplement accompagné une personne malade sur le chemin de sa guérison.

 

« Ce n’est pas grave si vous avancez lentement, aussi longtemps que vous ne vous arrêtez pas » Confucius

 

Le viol

A l’heure où Harvey Weinstein, célèbre producteur à Hollywood est accusé de viols par de nombreuses artistes, les langues se délient. Et les femmes commencent à réagir à cet état de fait qui n’est pas une fatalité.

Il ne convient pas non plus de banaliser le viol bien que les chiffres soient hallucinants. Une étude américaine aurait ainsi fait état qu’une personne sur 5 au Etats-Unis a été violée ou le sera au cours de sa vie.  En France, il y a eu 250.000 victimes de viol ou de tentatives de viol en 2017 dont 93.000 femmes, 15.000 hommes et 150.000 mineurs(es). Mais ces chiffres sont largement à revoir à la hausse parce que seuls 9 % des victimes portent plainte… et sur ces 9 %, seule une procédure sur dix aboutit à une condamnation. De plus, 91 % des victimes connaissent leur agresseur. Il s’agit dans 45 % des cas de leur conjoint ou de leur ex-conjoint.

Si nous ajoutons à ces viols et tentatives de viol, les attouchements (fréquents dans certains lieux publics comme le métro), les baisers forcés, le pelotage, le harcèlement sexuel, sans parler des remarques humiliantes… cela devient ahurissant !

Les victimes souffrent au départ d’une sidération psychique comme en cas d’attentat ou d’accident grave. Elles ont un besoin évident d’être écoutées, soutenues et aidées. L’apport des médicaments, de la psychothérapie, mais également de l’EFT pourra les aider le temps qu’elles reprennent pied dans la vie… tant bien que mal. Mais alors commence le « vivre avec » qui n’est pas simple à gérer. Une patiente m’expliquait qu’elle revivait son viol tous les jours. Elle était ainsi bloquée dans son chemin de vie et n’en voyait pas l’issue.

Quelques éléments pourront peut-être aider les victimes à surmonter cette terrible épreuve :

  1. En premier lieu, il convient de considérer que nous ne sommes pas notre corps. Nous sommes des êtres de lumière vivant dans un corps matériel. Celui-ci nous permet de vivre une incarnation et d’expérimenter pour progresser sur notre chemin de vie. Or, il a pu être sali par un acte abject, mais notre conscience et notre âme sont toujours intactes. Notre être est toujours pur.
  2. L’histoire du billet froissé que je vous ai relatée dans une précédente newsletter, vous explique que même si vous avez été humilié(e), froissé(e) ou piétiné(e), vous avez toujours la même valeur. Cela n’a rien changé.
  3. Toutes les cellules de notre corps sont renouvelées tous les 7 ans. Ainsi si votre corps a été souillé dans le passé, celui d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’autrefois.
  4. Il est souvent fait état du pardon… Mais comment est-il possible de le réaliser tellement la souffrance, la culpabilité, la honte et les sentiments de haine et de salissure sont puissants. Une solution consiste à faire comme Jésus, et demander à Dieu de réaliser le pardon pour vous et avec vous… Ce n’est plus vous qui pardonnez, mais c’est Dieu qui le fait pour vous… Cette attitude apporte un grand réconfort.


0 Commentaires/par
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + quinze =